La biométrie faciale pour contrôler l’accès en entreprise

Jusqu’ici l’usage de la biométrie pour sécuriser l’accès aux locaux d’une société se limitait surtout aux empreintes digitales, les entreprises ayant recours à la biométrie faciale étant peu nombreuses (aéroports, casinos). Mais grâce l’amélioration notable de cette technologie et à la réduction des coûts, celle-ci tend peu à peu à se démocratiser.

Comment fonctionne la biométrie faciale ? Est-elle fiable ?

La biométrie faciale consiste à reconnaître un employé pris en photo par une caméra de vidéosurveillance installée à l’entrée d’un immeuble ou d’une pièce sécurisée, et de lui donner accès ou non en fonction des autorisations accordées par vos soins au préalable. Un logiciel se charge de repérer la position des yeux et différents points caractéristiques du visage sélectionné et de comparer cette image avec celles contenues dans la base de données de l’entreprise.

La technologie de reconnaissance faciale a fait d’incroyables progrès en l’espace de 20 ans. La fiabilité et la rapidité de traitement se sont nettement accrues, à tel point que les systèmes les plus récents sont capables :

–           de reconnaître en temps réel n’importe quel employé ou visiteur autorisé à se rendre dans vos locaux

–          d’écarter les intrus cherchant à tromper le système en portant des artifices (fausses  barbes ou moustaches) et à usurper l’identité d’autrui.

Les bases de données peuvent contenir en moyenne 1 000 à 10 000 identités biométriques distinctes.

Ce que dit la législation en la matière

L’utilisation de la reconnaissance faciale est fortement encadrée en France. L’installation de ce type de dispositif dans l’entreprise est soumise à l’autorisation préalable de la CNIL, une simple déclaration ne suffisant pas. De plus, la biométrie faciale doit être utilisée en priorité pour la gestion d’accès et la sécurité des locaux, et non pour contrôler les allées et venues de vos salariés ou décompter leur temps de travail. Certes, le pointage biométrique est une possibilité technique puisque vous disposez de toutes les informations nécessaires, mais ce ne peut pas être la raison principale qui vous pousse à vous équiper.

Exemples d’applications sur le marché

Parmi les prestataires spécialisés dans la biométrie faciale, on peut citer l’entreprise française  Facing It installée près de Compiègne qui propose son application FaceReco. Ce système est capable de gérer une base de données de 10 000 personnes avec un temps de traitement d’une seconde. De son côté, l’entreprise espagnole Kimaldi vend des systèmes de reconnaissance 3D en lumière visible ou en infrarouge pouvant distinguer deux jumeaux identiques ! Le prix catalogue des lecteurs biométriques démarre à partir de 500 € l’unité, mais peut vite grimper jusqu’à 2 000 € voire davantage selon les fonctions supplémentaires choisies.